Palmiers

A la découverte de la Suisse !

Le top 10 pour découvrir la Suisse romande en mobilité douce !

Fermez les yeux et pensez : la Suisse…alors ? Le chocolat, le fromage, Heidi, les montagnes, l’horlogerie, les banques, l’ordre et la propreté. La liste serait certainement encore longue.

Nous vous emmenons à la découverte de notre voisine helvète francophone qui, sans aucun doute, vous surprendra.

Vous découvrirez Genève, la plus française des villes suisses, Lausanne, phare de la culture alternative, Sion et ses voisines, nichées dans un écrin de vignobles et d’arbres fruitiers, où les heures d’ensoleillement sont les plus élevées de la Confédération.

Vous serez séduits par des paysages d’extrême beauté de la riviera lémanique aux vues sur les nombreux

sommets à plus de 4 000 mètres dont le Mont Cervin, l’un des symboles du pays.

Peut-être parcourrez-vous quelques-uns des 60 000 kilomètres de sentiers ou chemins pédestres (dit à la Suisse), presque autant que le réseau routier ! Serait-ce le sport national ?

En tous cas un paradis pour randonneurs certainement.

Vous pourrez également circuler aisément en train, grâce au réseau ferré le plus utilisé au monde et pourrez disposer parfois gratuitement de vélo pour vos balades.

Disons-le, nos voisins ont une réelle sensibilité pour la préservation de leur environnement et leur patrimoine.

 

Se balader à vélo au fil du Rhône …

Pour découvrir une Genève différente, où en été les gens se font bronzer sur les pontons au bord du fleuve et certains accrochent leurs hamacs entre barrière et arbres. L’ambiance y est très détendue. On croise des gens de tout âge et de tout genre.

 

Au bout de cette presqu’île se trouve un espace détente, à la jonction du Rhône et de l’Arve. La différence de couleur entre le fleuve et la rivière crée toujours un certain étonnement.

Poursuivre ensuite la promenade dans un cadre “vert” en se rendant au parc aux animaux du bois de la Bâtie où plus de 450 espèces animales cohabitent dont certaines indigènes sont menacées et donc

préservées par la fondation pro Specie rara.

    

Aller découvrir le quartier des Grottes

Situé derrière la gare de Cornavin, notamment pour l’architecture colorée et un peu déjantée de l’ensemble de bâtimentsappelé “Schtroumpfs” par les genevois. Créés audébut des années 80, ils rappellent les œuvresde Gaùdi en Catalogne ou l’immeubleHundertwasser à Vienne et nous propose une autre facette de Genève loin des clichés.

      

Se rendre en train en à peine 20 minutes depuis le centre ville de Genève au Vallon de l’Allondon pour une balade dans les bois

Le long de la rivière (l’Allondon) puis dans les vignobles aux portes de la ville. Vous pourrez faire cet itinéraire en famille avec des enfants sans problème

 

    

Lausanne  

Du port d’Ouchy aux pieds de la ville  et au bord du Léman en passant par la promenade de la Ficelle qui longe une partie de la ligne de métro M2. Cette jolie allée très verte est entourée de bâtiments du 19ème et 20ème siècle.

  

Parc et bois de Sauvabelin

Cette tour de bois local de 35 mètres de haut construite en 2003 offre un point de vue unique et exceptionnel sur Lausanne et ses alentours. Arrivés au pied de la tour vous remarquerez l’impressionnant escalier dit “en vis d’Archimède”. Petite particularité : il est conçu de telle façon que ceux qui montent et ceux qui descendent ne se croisent pas. Le bois utilisé pour la construction est issu du parc de Sauvabelin. Il s’agit d’arbres déracinés ou abattus suite à une forte tempête. Chaque marche porte le nom des donateurs.

 

  

Route des vignobles du Lavaux à vélo

L’itinéraire est balisé durant tout le parcours. Il faut partir de Lausanne en direction de Lutry et, au rond point suivez le premier panneau « Route des vignobles ».

Là, vous allez commencer à monter vers les vignes et d’ici peu aurez votre première vue sur ce territoire d’exception ! Il faut donc continuer en direction d’Aran-Villette, puis Grandvaux.

Prudence car la route est parfois très étroite. Prenez votre temps et arrêtez-vous pour découvrir les différents villages en direction de Vevey. L’idéal est même de laisser vélo pour aller vous promener au milieu des vignes par exemple au sud de Grandvaux ou d’Epesses. Vous serez sûrement comme nous bouche bée devant les paysages !

Un peu plus loin Chexbres et Saint- Saphorin valent également la peine des’arrêter.

  

  

En hiver, monter en petit train jusqu’à Bretaye pour profiter des activités nature

Le tourisme hivernal a commencé avec l’arrivée du train à crémaillère jusqu’au col des Bouquetins en 1913 puis la création de remonte-pentes dont le premier téléski de Suisse et le prolongement de la ligne de train jusqu’à Bretaye dans les années 30.

Aujourd’hui, le domaine skiable regroupant Villars-Gryon et LesDiablerets offre 100 kilomètres de pistes (et est plutôt accessible puisque seules 10% sont classées pistes noires.

Un bon plan pour les familles : les enfants skient gratuitement jusqu’à 9 ans !

Les débutants pourront profiter des espaces prévus avec des pistes adaptées à Villars et Gryon ainsi que du jardin des neiges de Bretaye.  50 kilomètres de pistes sont par ailleurs dédiés au ski de fond et au skating.

Oui, chers non skieurs, nous avons bien pensé à vous ! Au programme : luge, bob et/ou raquettes !

Les petits (et grands) amateurs de luge sont invités à embarquer à bord du petit train à crémaillère à Villars pour monter à Bretaye et s’élancer à quelques minutes à pied de la gare dans une belle descente de 2 km.

  

Découverte des Bisses du Valais : Bisse du Trient

Les bisses, quésaco ?

Les Bisses sont des canaux d’irrigation creusés à flanc de montagne ou de coteau par l’homme pour amener l’eau des rivières plus ou moins éloignées dans les vallées pour les cultures.

La balade du bisse du Trient, au dessus de Martigny, entre 1500 et 1600 mètres d’altitude,  vous mène en un peu moins d’1h de marche jusqu’au chalet du glacier et est très facile avec en prime des paysages à couper le souffle !

 

    

La vallée du Trient en train

Se rendre en train grâce au Mont-Blanc Express depuis la France (Chamonix) ou la Suisse (Martigny) au village de Salvan/ Les Marécottes en été  pour une journée en famille au Zoo alpin le plus haut d’Europe et ses pensionnaires que sont les bouquetins, chamois, cerfs, marmottes, sangliers et à la piscine naturelle de 70 mètres de long creusée dans la roche  et chauffée à l’énergie solaire.

 

  

Evolène dans le val d’Hérens

Emprunter le bus 381 depuis Sion pour aller dans le val d’Herens, au village d’Evolène. Niché à 1350 mètres d’altitude, il offre un cadre idyllique avec ses jardins et balcons fleuris en été et ses toits enneigés en hiver.

Ici, jusqu’au milieu des années 60, les femmes portaient encore l’habit traditionnel noir orné du foulard rouge.

Aujourd’hui, vous en croiserez encore peut-être quelques-unes mais attention ! Ne leur parlez pas de costume ni de folklore, cela serait bien mal pris. Flânez à votre gré au milieu de cette atmosphère d’un autre temps dans les ruelles bordées de beaux chalets mi-pierre mi-bois si caractéristiques.

Ce village est connu tout particulièrement pour son Carnaval

Tous les weekends suivant le 6 janvier, date du “Réveil du carnaval” jusqu’ à mi-février, le rite ancestral renaît.

Pendant cette période, vous croiserez différents personnages :

• les “peluches” et leurs masques de loup, chat ou monstre sculptés à la main en bois local et habillés d’une peau de bête,

• les “empaillés” le dernier dimanche avant la fin du carnaval, qui arpentent les rues dans leurs costumes en sac de jute remplis de plus de 30 kg de paille et leurs masques de diable, sorcier ou de géant également créés en bois local et peints à la main dont fait partie la “Poutraze” ou bonhomme d’hiver qui est le “Monsieur Carnaval” d’Evolène. Il sera arrêté, emmené au bûcher et brûlé pour marquer la fin du carnaval le soir de Mardi gras.

• Les personnages les plus drôles sont : les “Maries”. Les jeunes hommes du village se déguisent en femme pour représenter une femme célibataire grande et forte, personnage culte et haut en couleur du village qui y a vécu jusqu’aux années 80.

 

  

Retrouvez de nombreuses escapades éco-responsables en Suisse Romande dans le guide "Myecothentic guide – Suisse Romande" :https://ecothentic.fr/home/67-suisse-romande-979109460294.html

Site internet : https://ecothentic.fr

Facebook : https://www.facebook.com/Myecothenticguide/