Palmiers

Le Vestfirðir, fascinants fjords de l’Ouest islandais

Partez à la visite des majestueux fjords de l'Ouest islandais !

Le Vestfirðir (les fjords de l’ouest en français) forment une grande péninsule extrêmement découpée, située dans la proximité immédiate du « gigantesque frigidaire » qu’est le Groenland. Complètement isolée du reste de l’Islande, la « main », comme on l’appelle parfois, surgit littéralement dans l’océan Arctique pour mieux accrocher les glaces flottantes venant du Groenland. Il y a même eu des cas où ces icebergs – dérivant au large des fjords de l’ouest – ont amené des ours blancs. La péninsule est reliée au reste de l’Islande par une mince bande de terre : moins de 20 km de largeur. Sur le plan géologique, les fjords de l’ouest forment la partie la plus ancienne de l’île ; toute activité volcanique en a disparu. La côte n’est qu’une longue succession de fjords profonds, séparés par des caps montagneux. De petits hameaux de pêche isolés se tassent parfois à proximité. La raideur des pentes, combinée à la rigueur du climat, explique la rareté de la végétation sur cette côte inhospitalière, mais nulle part ailleurs en Islande les paysages ne sont aussi majestueux.

Un goût de bout du monde.

Dans la région, la population, très clairsemée, est principalement confinée dans des hameaux de pêche. Quelques petits ports survivent grâce à la proximité des eaux très poissonneuses. Les fjords sont si encaissés que le soleil rasant de l’hiver, pendant plusieurs mois, n’arrive pas au fond. En effet, c’est dans les fjords de l’ouest que l’hiver est le plus rude. Les routes et les pistes d’aviation sont verglacées et balayées par des vents violents. Le pack glaciaire, descendu du Groenland, emprisonne l’océan. La région, en général, peut paraître effrayante, tant ses immensités sont dépourvues de toutes traces de présence humaine. L’isolement de certains sites et leur magnifique beauté naturelle attirent cependant de nombreux amoureux de la nature. Conscientes du potentiel touristique de cette région, les autorités locales ont entrepris ces dernières années de gros efforts d’amélioration des moyens de communication. Malgré leur isolement géographique, les fjords de l’ouest sont maintenant bien desservis.

Ísafjörður, le cœur de la région.

Le cœur des fjords de l’Ouest est déchiré par l’Ísafjarðardjúp, une langue de mer de 80 km dont la côte sud est découpée en de nombreux petits fjords. Le plus occidental est le Skutulsfjörður, dominé par des sommets escarpés. Ce décor majestueux abrite la ville d’Ísafjörður, petite capitale régionale, qui s’étend sur une presqu’île sablonneuse.

Ísafjörður, 3 000 habitants, ville principale des fjords de l’Ouest, est le centre économique, culturel et administratif de la péninsule du nord-ouest. Le Livre de la Colonisation mentionne le premier colon, Helgi Hrolfsson en indiquant que c’est parce que Helgi trouva un harpon échoué sur la côte qu’il nomma ce fjord Skutulsfjörður (le fjord du harpon). La ville d’Isafjörður devint, à la fin du monopole danois, l’une des six places commerciales d’Islande. A partir du milieu du XVIe siècle, Isafjörður était le comptoir le plus fréquenté des fjords de l’Ouest. L’activité économique a peu évolué : la ville dépend toujours de la pêche, à laquelle s’ajoute le développement d’équipements de haute technologie destinés à la navigation et bien sûr, le tourisme, toujours croissant.

Envie d'en savoir plus ?

Pour plus d'informations, consultez le site du Petit Futé.

Crédit photos :
Petit Futé
Andrea Schettino, Pexels
S Migaj, Pexels
Peter Stewart, Pexels
Matt Hardy, Pexels
eberhard grossgasteiger, Pexels