Palmiers

Découverte de la gastronomie en région Rhône Alpes

Publié le par Emilie Teston - mis à jour le

Laissez la région Rhône-Alpes vous ouvrir l'appétit !

ISÈRE

Distillerie La Chartreuse | Voiron

Connaissez-vous cette liqueur mystérieuse aux 130 plantes ?

La liqueur de Chartreuse emblématique du massif dont elle a emprunté le nom est issue d’une formule secrète dont seulement trois personnes en connaissent la composition. Un travail de plus de 4 siècles trouvant ces débuts d’un manuscrit d’une liste de plantes hétéroclites et quelques indications pour établir un fameux Élixir de « longue vie » remis par François Hannibal d’Estrées en 1605. Pas moins de 150 ans de recherche pour inspirer cette recette de l’élixir végétal en 1767, de quoi prendre le temps de le savourer sous toutes ces facettes…

DRÔME

Les olives noires de Nyons | Nyons

Cette perle noire ridée naissant d’un olivier appelé « olive de Nyons » au nord de la Provence à une saveur typique et un goût unique.

Une histoire que l’on peut suivre sur la route de l’Olivier, un itinéraire qui vous permet de partir à la découverte de l’olive de Nyons et de son terroir à la rencontre des producteurs. Une occasion de la déguster en huile d’olive ou en tapenade, un régal !

Il est possible de faire des visites libres ou guidées d'une durée d'une heure avec dégustations. La coopérative du nyonsais est ouverte tous les jours du lundi au samedi de 09h30 à 12h15 et de 14h à 18h30 et le dimanche de 10h à 12h30 et de 14h30 à 18h, en période hivernale. Pour plus d'informations, vous pouvez voir leurs horaires ici.

AIN

Galette aux sucres de Pérouges| Pérouges

Spécialité locale de la cité Médiévale datant de 1912, époque à laquelle Marie-Louise Thibaut et son mari reprennent l’hostellerie du Vieux Pérouges. Se réappropriant alors une ancienne recette locale préparée exclusivement lors des vendredis maigres, elle créa ainsi la spécialité pâtissière de la galette au sucre de Pérouges. Une galette à base de pâte levée parfumée au citron sur laquelle on dispose un mélange de beurre ou de crème et du sucre.

SAVOIE

La brioche de Saint Genix | Saint-Genix-sur-Guiers

La brioche de Saint-Genix ou « Saint-genix », est une spécialité gastronomique de la commune de Saint-Genix-sur-Guiers correspondant à une brioche au levain ronde garnie et recouverte de pralines rouges et de cristaux de sucre. La recette élaborée à ses débuts par l’épouse de Pierre Labully, alors pâtissier qui perfectionne la recette initiale sous les conseils des clients de son hôtel, lui donne le nom du gâteau Labully. Ces gâteaux traditionnels sont délicatement emballés dans du papier sulfurisé rouge et blanc pour rappeler le symbole des couleurs de la Savoie.

HAUTE-SAVOIE

Les crozets | Annecy

En patois savoyard « croé » signifiant « petit », ces petits carrés à base d’œufs, sel, eau et farine de sarrasin sont fabriqués au 17ème siècle dans les montagnes de Savoie (vallée de Tarentaise). Une pâte étirée au rouleau, découpée en petits carrés, puis séchés au soleil que l’on pouvait alors transporter de partout avec soi pour remplacer riz et pâtes

On cuisine les crozets en croziflette (variante de la tartiflette savoyarde) donc en gratin, en soupe, en sauce, en risotto ou en salade.

RHÔNE

La quenelle Lyonnaise | Lyon

Impossible de se promener dans les ruelles de Lyon sans s’arrêter pour goûter à la cuisine traditionnelle d’un bouchon Lyonnais.

La quenelle Lyonnaise, apparue autour des années 1830, inventée par un pâtissier à l’époque où les eaux de la Saône étaient alors envahies par les brochets ; le pâtissier aurait alors eu l'idée de mélanger le poisson à de la pâte à choux. Aujourd’hui déclinée de plusieurs façons, si la recette de base se compose alors d’une base de pâte à choux, de gras de bœuf et de brochet, on la trouve sous d’autres versions, volaille, lapin, nature avec une variété de sauces diversifiées, nantua, blanche, béchamel ou encore sauce tomate. Celles que l’on retrouve sur nos tables d’aujourd’hui reste une base de farine, beurre, lait.

ARDÈCHE

Les châtaignes

Quand on entend parler de la châtaigne d’Ardèche, on imagine tout de suite la crème de marron, les marrons glacés et les marrons chauds. Même si on la nomme « crème de marron » plutôt que « crème de châtaigne », les marrons sont en réalité des châtaignes modifiés par l’homme. On aime son goût subtil sous toutes ses formes, brute ou transformée en soupes, en liqueurs, en confitures, en farine en version sucré ou salé.

Rédacteur : Le monde des mirons

DÉCOUVREZ SON BLOG

Crédit photos :
le monde des mirons
Stocklib
Maison chevallier
Nerfee Mirandilla, pexels